Frelon asiatique - Mairie de Combree, site Officiel

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Frelon asiatique

Urbanisme-Environnement > Déchets - Environnement

Plan d’action collectif frelon asiatique grands projets 2016

Le Frelon asiatique est originaire d’Asie. Son introduction en France date de 2004, suite à l’importation de poteries chinoises dans le Lot-et-Garonne.  Sa couleur est noire avec une large bande jaune-orangée sur le 4ème segment de l’abdomen et un fin liseré jaune sur le 1er segment. Les pattes sont de deux couleurs (partie supérieure noire, partie inférieure jaune).


Frelon asiatique
Frelon asiatique
Frelon commun

La création d’un Plan d’Action Collectif

Ce frelon prédateur d’abeilles s’est très vite répandu sur le territoire français. En plus de son impact sur l’apiculture et la biodiversité, les risques vis-à-vis de la santé publique ont fait naître de nombreuses interrogations de la part des populations et des collectivités.

Depuis 2009, sous l’impulsion de l’Etat,  le réseau FREDON/FDGDON Pays de la Loire, a mené une mission d’épidémio-surveillance sur l’espèce visant à mesurer son expansion, accroître les connaissances scientifiques, informer et communiquer sur l’espèce et les bonnes pratiques de destruction.
Devant la recrudescence constatée en 2014, et face aux multiples sollicitations, ce réseau, en tant qu’Organisme à Vocation Sanitaire (composant l’Agence Sanitaire Régionale), a décidé de créer un Plan d’Action Collectif  (P.A.C.) pour limiter les risques liés au Frelon asiatique.

Appel à la vigilance

Avec l’arrivée du printemps et des beaux-jours, les reines de frelons asiatiques vont commencer à installer leur pré-nid le plus souvent à proximité immédiate des humains. De la taille d’une balle de ping-pong au début du printemps jusqu’à celle d’un melon vers la mi-juin, il passe souvent inaperçu. La destruction d’un nid à cette saison évite le développement de la colonie et réduit l’impact de l’espèce sur les abeilles, la biodiversité et diminue le risque de piqûres. Regardez chez vous (rebords de toit, de fenêtre, cabanons de jardin, préaux, vérandas,…) et appelez la mairie au 02 41 94 22 54. Dans le cadre du Plan d’Action Collectif auquel la commune adhère, un référent communal viendra authentifier le nid et recueillir les informations nécessaires (hauteur, support, accessibilité,…) à son enlèvement. Ces données seront transmises à la FDGDON 49 qui assurera la mise en œuvre de la destruction par le biais d’entreprises prestataires spécialisées, identifiées et respectueuses d’une charte des bonnes pratiques et des réglementations inhérentes à l’activité.  La prise en charge partielle du coût de la destruction du nid ne pourra se faire qu’à cette condition.

Le piégeage


De mars à fin avril, il est possible de piéger les reines (exemples de fabrication de pièges sur internet), surtout auprès de ruchers pour diminuer la prolifération de cette espèce.

Présentation et principes du Plan d’Action Collectif « Frelon asiatique »

La commune de Combrée a adhéré au P.A.C. proposé par la FDGDON49. Un G.D.O.N. (groupement de défense contre les organismes nuisibles) vient d’être constitué à Combrée. C’est une structure dédiée principalement à la lutte contre les ragondins, les chenilles processionnaires et les frelons asiatiques. Ses membres observent le territoire. Le G.D.O.N. est habilité à mettre en place des luttes collectives sous couvert d’un arrêté municipal. Les membres du G.D.O.N. peuvent accéder à toutes les propriétés en cas de lutte collective. Si quelque chose vous paraît anormale n’hésitez pas à contacter le G.D.O.N.
Le P.A.C. vise à une meilleure organisation et harmonisation de la lutte contre cette espèce à l’échelle départementale et
régionale tout en limitant les dérives (risques pour l’environnement, la santé publique,…) qui peuvent découler d’une
absence de réglementation précise et spécifique. Une convention de partenariat entre notre commune et la FDGDON 49 a été signée. Elle permet d‘inciter les particuliers à détruire les nids par une prise en charge financière partielle à hauteur de 50 % du coût de la destruction, dans la limite de 90 euros.

Retourner au contenu | Retourner au menu